Construire un court métrage

La construction d’un court métrage est dérivée de celle d’un long métrage.

Il faut distinguer les durées très courtes de moins de cinq minutes qui ont un fonctionnement spécifique.

1/ Le court métrage de moins de cinq minutes

La construction est la même qu’une scène de long métrage:

  1. Un conflit. C’est le moteur de la narration. Sans conflit, rien n’avance, on s’ennuie.
  2. Un retournement de situation +/- . Si la situation d’entrée est positive, la scène doit s’achever de façon négative, et réciproquement. Exemple: le personnage est joyeux, à la fin de la scène, il est triste. Il a désespère, il reprend espoir, etc.

2/ Le court métrage de plus de cinq minutes

On reprend partiellement les trois piliers du long métrage

Comme on manque de temps, on ne peut souvent pas tout mettre.

Mais en respectant ces principes, on s’assure d’avoir une histoire qui fonctionne.

1/ L’arc du personnage

Une histoire doit aller d’un point A à un point B.

Plus la distance est grande, plus intéressante est l’histoire.

Si les personnages n’ont pas évolué à la fin du film, pourquoi être resté tout ce temps à les regarder ?

On parle de +/-.  Si on part dans le négatif, on aboutit à du positif, et inversement.

2/ Le monde d’avant, le monde d’après

La structure en trois actes nous permet d’avoir:

  • Le monde d’avant. Il a ses défauts, mais il fonctionne.
  • Le monde instable. Le monde d’avant ne convient plus. On cherche.
  • Le monde d’après. Un nouvel équilibre est trouvé. Si l’arc est positif, alors le monde d’après est meilleur que le monde d’avant.

3/ La succession d’archétypes

  • L’orphelin
  • Le vagabond
  • Le guerrier
  • Le martyr (altruiste)

Les commentaires sont fermés.